As-tu peur d’aimer ?

… et de souffrir à nouveau ? 

peur d'aimer

Aujourd’hui je te parle de la peur d’aimer.

Tu sais, cette peur qui fait que tu te fermes à tout ce que tu pourrais ressentir de douloureux en souvenir du passé.

La peur de t’ouvrir avec tellement d’espoir, tellement d’amour, tellement d’attentes, tellement de besoins

… et de tous te les prendre dans la tronche avec la porte que l’on te reclaque au nez … et sur tes doigts.

La peur d’aimer, je t’en parle plus en détail dans cette vidéo : 

Avec une telle claque et la souffrance qui va avec, tu pourrais te dire : « C’est bon, cette fois, on ne m’y reprendra plus.

Je vais me débrouiller seul. Je ne vais plus avoir que des relations de surface (ou pas de relations du tout) et je vais cheminer seul ».

Le souci lorsque tu fais ça c’est que tu te fermes…

 

Tu fermes ton corps parce que quand tu vois que l’on s’intéresse de près ou de loin à toi, tu es en mode défense, méfiance,

et il est marqué en grand sur ton front « ne m’approche pas ! J’ai peur d’aimer ».

Tu fermes tes émotions et tu t’empêches de ressentir, de souffrir à nouveau.

Tu t’empêches d’aimer ou d’être aimé par peur de ressentir à nouveau cette atroce souffrance

… qui t’a peut-être donné envie de mourir la dernière fois que tu l’as vécue.

Le souci avec la peur d’aimer c’est que tout se ferme en toi et que tu finis pas ne plus ressentir

… l’amour ainsi que la joie qui va avec.

Ta vie devient neutre, terne et tu commences à te demander ce qui ne fonctionne pas dans ta vie.

Pourquoi ces relations que tu essaies d’entamer ne fonctionnent pas ?

Pourquoi est-ce que plus rien ne te fait vibrer ?

Pourquoi est-ce que tu ne ressens plus l’amour dans ta vie ?

Simplement parce qu’à un moment, tu t’es fermé … et que tu l’as peut-être oublié.

Moi je m’en souviens bien, je me suis fermée à l’âge de 17 ans. Suite à un gros chagrin d’amour …

Il m’a fallu une trentaine d’années pour réussir à en prendre conscience et à faire le chemin inverse.

Celui de l’ouverture du cœur, de mes émotions, de mon corps à la souffrance éventuelle que cela pouvait entrainer … mais aussi à l’immense joie.

Peut-être que ce que je te dis te parle, et que tu en es là aussi pour le moment.

Ce serait dommage que tu prennes autant de temps pour faire ce chemin toi aussi.

Parce que je te promets que lorsqu’on s’ouvre, et bien en fait, on ne souffre pas.

Pas autant que l’on s’imagine. Pas autant que quand on se ferme à une partie de soi.

Pas autant que lorsqu’on s’emprisonne dans son corps et dans une vie aseptisée qui ne nous ressemble pas.

Alors au travers du programme que j’ai créé, je te lance l’invitation de te reconnecter en douceur à toi et à tes émotions : https://www.anne-laure-terrisse.com/reconnexion-%C3%A0-son-corps-et-ses-%C3%A9mot

Ce programme s’ouvre aujourd’hui et fermera ses portes ce samedi 1er mai à midi. Donc si tu veux le rejoindre, ne tarde pas …

Prends soin de toi,

Anne-Laure Terrisse

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *